La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : 10ème Chambre de Raymond Depardon

10ème Chambre de Raymond DEPARDON

10ème chambreDepardon, depuis trente ans, c’est la vérité vingt-quatre fois par seconde, et peut-être même plus. Par rapport à “Délits Flagrants”  (1994), il semble qu’il cherche encore moins à montrer des “personnages”, des moments forts par leur originalité ou leur effet de surprise. Qu’il vise de plus en plus à montrer ce que le quotidien, le banal, le minuscule a de passionnant et de spectaculaire. Son film, tourné en un seul lieu, avec des variations presque insensibles de cadrage, montre avec une admirable retenue dans les moyens, la tragédie de l’injustice sociale mais aussi la grandeur de la loi comme manifestation de la démocratie. Depardon ne choisit pas, il explique clairement au spectateur que c’est dans cette contradiction qu’il va lui falloir méditer à la sortie de la salle de cinéma, devenue l’espace d’un film une étrange et véridique salle d’audience.

 René MARX (article publié en juin 2004 dans Fenêtres sur Cours)

 

Accueil | Copyright | Contact | ©2005 René Marx