La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Aviator de Martin Scorsese

Aviator de Martin SCORSESE

AviatorLe cinéma de Scorsese repose sur une thématique complexe et constante. Depuis quarante ans, il a pour sujet l’homme seul face à une réalité qui se dérobe mais qu’il a décidé de conquérir. Son talent est en général assez grand pour la conquête mais elle est la plupart du temps remise en cause par les erreurs de vision de cet homme seul, produits de sa paranoïa. Il sait depuis toujours qu’il s’agit de ne faire confiance à personne, ni aux ennemis bien sûr, ni aux amis ni à soi-même. La trahison nous entoure et elle est en nous-mêmes. L’histoire de Howard Hughes ne pouvait que séduire Scorsese car elle rentre exactement dans ce moule du conquérant paranoïaque, du modèle d’audace qui vient s’échouer sur les limites de sa propre folie. Elle permet aussi de revisiter le grand cinéma de série B des années 30-40 consacré aux “conquérants du ciel”. Ce dernier contrat est rempli à la perfection. On a le plaisir de voir, des années après, la biographie brillante d’un ingénieur génial, d’un producteur-réalisateur audacieux. C’est peut-être du côté de la complexité à laquelle Scorsese nous a habitués qu’on pourrait, si cela est permis, faire un peu la fine bouche. Hughes a bien des ennemis dans le film (en dehors de lui-même) mais ils sont un peu trop identifiés. Le capitaliste de Pan Am, le sénateur sournois, le journaliste corrompu. Ses femmes sont trop lisses, ses amis trop aimables et admiratifs, le programme est un peu trop linéaire pour qu’on soit beaucoup surpris. Quelques morceaux de bravoures bien sûr, le cours de mathématiques mamellaires, le coup de poing d’Ava Gardner, l’avion qui découpe les toits de Beverley Hills, le charme incontestable de Cate Blanchett ou la présence quasi-muette mais toujours admirable de Ian Holm. Mais ce film agréable reste en-deçà des oeuvres précédentes, autrement ambitieuses.

 René MARX (article publié en janvier 2005 dans Fenêtres sur Cours)
* auteur de "Martin Scorsese, regards sur la trahison"

 


Accueil | Copyright | Contact | ©2005 René Marx