La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Changement d'adresse de Emmanuel Mouret

Changement d'adresse de Emmanuel Mouret

(Film français - Année de production : 2006 - Date de sortie : 21 Juin 2006- Durée : 1h25min.)

Avec :

Emmanuel Mouret (David ), Frédérique Bel (Anne), Fanny Valette (Julia), Dany Brillant (Julien), Ariane Ascaride (la mère de Julia), Frédéric Niedermayer (le voleur)

Scénario : Emmanuel Mouret
Compositeur : Franck Sforza
Directeur de la photographie : Laurent Desmet
Ingénieur du son : Maxime Gavaudan
Monteur : Martial Salomon
Chef décorateur : David Faivre
Producteur : Frédéric Niedermeyer
Production :Moby Dick Films, France - Les Films Pelléas, France - Shellac , France - Les Films Velvet
, France
Distribution : Shellac, France
Attachée de presse : Chloé Lorenzi

changement d'adresseCHANGEMENT D’ADRESSE
Emmanuel Mouret est déjà l’auteur de Laissons Lucie faire (2001) et Vénus et Fleur (2004). Dans ces deux films il incarnait une figure burlesque absolument originale dans le cinéma français, un sentimental maladroit, ni vraiment maladroit, ni vraiment sentimental! Au fond, une sorte de faux naîf révélant sous les dehors de la comédie légère une réflexion sur l’amour et la séduction, une gravité comique extrêmement inattendue. Il arrive avec son troisième long métrage à approfondir encore son sujet, avec un scénario solide, une mécanique très habile et une légéreté acquise à force d’efforts et de raffinements. Le quatuor amoureux est là, la ronde des passions inconscientes, les rapprochements imprévus et les mensonges qui ne durent pas. Tout aurait l’apparence de la répétition d’un thème connu, si ce n’était le talent et le style vraiment unique de Mouret. En fait, il ne ressemble à personne. On pourra citer Rohmer ou Buster Keaton, Musset ou Harry Langdon, Guitry ou Capra, on pourra alligner les références, on ne trouvera personne à qui le comparer sérieusement. C’est ce qui fait le prix de “Changement d’adresse”. La mise en scène est faussement simple, les péripéties très subtilement orchestrées. Ici un trentenaire est amoureux d’une jeune fille, tout en cohabitant avec une fille de son âge qu’il croit ne pas aimer le moins du monde. La fille de son âge pense en aimer un autre et la jeune fille bien sûr regarde un quatrième larron avec les yeux de Chimène. Le quatrième a tout l’air d’un ennemi, en effet, mais l’est-il vraiment?. Cette simple description ne suffit en rien à annoncer les surprises de “Changement d’adresse”. La surprise est que le marivaudage n’en est pas un, qu’on rit sans cesse et qu’on pense en même temps (sacrée gymnastique). La distribution même est surprenante. Le crooner Dany Brillant fait ses débuts au cinéma dans un rôle imprévisible, Frédérique Bel, la “blonde” de Canal Plus révèle une personnalité d’actrice que Mouret a saisi avec beaucoup de clairvoyance. Fanny Vallette est totalement différente de son personnage de “La petite Jérusalem”, aussi attachante que le maître d’oeuvre lui-même. Présenté en mai à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, le film a déjà été vendu à de nombreux distributeurs étrangers. Les salles de critiques du Festival de Cannes ont été les premières bluffées malgré leur résistance habituelle. “Changement d’adresse” sort le 21 juin. On va assister, enfin, on en jurerait, au triomphe de Mouret.

René MARX (article publié dans Fenêtres sur Cours en juin 2006)

 

 

 

Accueil | Copyright | Contact | ©2006 René Marx