La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Elle s'appelle Sabine de Sandrine Bonnaire

Elle s'appelle Sabine de Sandrine Bonnaire

Documentaire français - Année de production : 2007 - Date de sortie : 30 Janvier 2008 - Durée : 1h 25min.

Écrit et réalisé par : Sandrine Bonnaire
Collaboration à l'écriture : Catherine Cabrol

Actrices : Sabine Bonnaire, Sandrine Bonnaire...

Directrices de la photographie : Sandrine Bonnaire et Catherine Cabrol
Compositeurs : Jefferson Lembeye et Walter N'Guyen
Musiques additionnelles (compositeur) : Nicola Piovani
Monteuse : Svetlana Vaynblat
Ingénieurs du son : Jean-Bernard Thomasson et Philippe Richard
Producteur : Thomas Schmitt
Production : Mosaïque Films, France
Distribution : Les Films du Paradoxe, France
Attachés de presse : André-Paul Ricci et Tony Arnoux

Elle s'appelle Sabine

Présenté en 2007 au Festival de Cannes où il remporte le Prix Fipreschi de la Critique Internationale, ce documentaire très personnel est une sorte d'introspection de Sandrine Bonnaire, marraine des Journées de l'Autisme en 2001, à travers le regard permanent qu'elle porte sur sa soeur Sabine, jouant sur l'image à travers le temps - grâce à des vidéos prises pendant leur adolescence commune et lors du tournage en 2007 après que sa soeur a subi cinq ans d'internement en asile psychiatrique. Sabine avant, Sabine après, Sabine aujourd'hui dans un foyer d'accueil en Charente, à Montmoreau *, qui a pu ouvrir grâce à l'acharnement de certains et à la notoriété de l'actrice, entourée d'un personnel attentif et bienveillant, ayant réduit ses doses de médicaments de moitié, retrouvant peu à peu des fonctions que l'asile avait écrasées dans la violence et la chimie (mais jusqu'où ?)... Introspection car on ne peut voir ces images sans comprendre que Sandrine s'interroge et interroge sur la notion de culpabilité. Culpabilité des familles qui ne savent pas comment prendre en charge une différence, faute d'une société qui tourne le dos aux besoins de ceux que quelque mystère a enfermés dans une forteresse intérieure - l'autisme est-il physique ou psychologique ? la psychiatre qui suit Sabine répond qu'il ne faut pas parler d'autisme mais des autismes - inquiétude sur l'avenir car ces enfants qui ne ressemblent pas aux autres vont devenir grand et un jour n'auront plus leurs parents... On est presque gêné de faire un commentaire sur ce documentaire qui forcément passe très peu par les mots pour exprimer ce désarroi, des malades, de ceux qui les accompagnent, cette absence de solution terrible qui fait tour à tour crier Sabine, parler Sabine, qui s'exprime avec pas mal d'habileté et pleure en revoyant les images de son voyage à New-York avec Sandrine il y a... il y a devant ces images de la traversée de la mer en Concorde, toute la concorde meurtrie entre les deux soeurs - Sabine demandant sans cesse à Sandrine, aujourd'hui, si elle reviendra demain - et toute la traversées de vies mises à l'écart par un monde d'hypocrisies et d'économies dirigées vers des besoins plus productifs. Ce film est un constat d'un grand courage, d'une rare immobilité, la réalisatrice est figée devant tant de tristesse, d'une grande compassion, c'est un message adressée à une soeur qui prend sa source dans la plus farouche nostalgie, celle d'avant les coups, d'avant les rictus un peu trop prononcés, du temps où Sabine, avec trente kilos en moins et un sourire qui ne parvient plus à se dessiner sur sa bouche, pouvait s'asseoir à son piano sans nous tirer des larmes. Bouleversant, instructif, indispensable.
Michel Marx

Réaction d'un internaute :

Je l'ai vu il y a 4 mois et aujourd'hui l'émotion est restée intacte. Ce n'est pas un film fait par hasard, sûrement pas un énième film sur le handicap, mais un docu militant tout en finesse qui dénonce les dérives de l'institution psychiatrique avec une incroyable légitimité. Tout est dans l'image, dans les flash back et le champ/contre champ temporel de Sabine avant et après les médocs. Celle qui fait du scooter, rigole et danse, joue du piano, et celle qui quelques années plus tard, méconnaissable, a pris 20 kilos, bave, mord... elle ressemblait à sa frangine l'actrice, elle ressemble à une épave détruite par la camisole chimique, peut-être la maladie. Tout est dans le off aussi, si la soeur de Sandrine Bonnaire est traitée comme ça alors comment sont traitées les autres, ces anonymes dont on ne parlera jamais.... C'est aussi un film témoignage sur l'amour entre deux soeurs, malgré la maladie, malgré l'éloignement. C'est elle qui cadre et réalise avec la distance juste, c'est forcément difficile et extrêmement courageux car elle dévoile à travers le portrait de sa soeur une grosse part de son intimité. Mettre sa notoriété au service d'une cause souvent ça fait sourire... ici cela fait pleurer de rage mais aussi d'émotion.
Francis

Elle s'appelle Sabine était passé le 14 septembre 2007 sur France 3, puis est sorti sur grand écran en janvier 2008, il est encore visible dans quelques salles, il faut, si ce n'est fait, aller le voir.

* Le film a été tourné au sein de l’APEC (Agir pour la Protection, l’Education et la Citoyenneté), une association qui anime des structures spécialisées dans la prise en charge des troubles mentaux. L’APEC, dont les actions touchent à l’année plus de 350 usagers dont une trentaine d’autistes, fonctionne sur un système de petites unités, permettant un travail de qualité dans l’accompagnement des personnes.

Selon l’INSERM, on compterait 40 000 enfants et adolescents autistes, et environ le même nombre d’autistes adultes.

Il faut aussi aller sur le site de l'association Léa pour Samy - La Voix de l'Enfant Autiste, d’envergure internationale qui agit, dans les pays francophones, pour la défense, la protection et l'intégration des enfants atteints d’autisme et de leur famille. Léa pour Samy - La Voix de l'Enfant Autiste, est une Organisation Non Gouvernementale (O.N.G) apolitique qui œuvre pour l’intérêt général de l’autisme et rejette l’intérêt particulier, le profit et le pouvoir. Site : www.leapoursamy.com/ - Contact : leapoursamy@wanadoo.fr

Accueil | Copyright | Contact | ©2008 Michel Marx