La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films :

Entre les murs de Laurent Cantet

Film français. Genre : Comédie dramatique - Année de production : 2008 - Date de sortie : 24 Septembre 2008 - Durée : 2h 8min.

Réalisé par Laurent Cantet
Scénaristes : Laurent Cantet, François Bégaudeau et Robin Campillo d'après l'oeuvre de François Bégaudeau

Interprètes :
François : François Bégaudeau
Nassim : Nassim Amrabt
Laura : Laura Baquela
Cherif : Cherif Bounaïdja Rachedi
Juliette : Juliette Demaille
Dalla : Dalla Doucouré
Arthur : Arthur Fogel
Damien : Damien Gomes
Louise : Louise Grinberg
Qifei : Qifei Huang
Wei : Wei Huang
Souleymane : Franck Keïta
Henriette :Henriette Kasaruhanda
Lucie : Lucie Landrevie
...

Directeurs de la photographie : Pierre Milon, Catherine Pujol et Georgi Lazarevski
1er assistant réalisateur : Michel Dubois
Monteurs : Robin Campillo et Stéphanie Léger
Décoratrices : Sabine Barthélémy (II), Hélène Bellanger (II)
Collaboratrice artistique : Brigitte Tijou
Costumier : Marie Le Garrec
Directrice de post-production : Christina Crassaris
Ingénieurs du son : Olivier Mauvezin, Agnès Ravez et Jean-Pierre Laforce
Directeur de production :Michel Dubois

Exportation/Distribution internationale : Memento Films, France - Production Haut et Court, France - France 2 Cinéma, France - Canal + (France) , France - Ciné Cinéma, France

Distribué par Haut et Court

Entre les mursEntre les murs

Certains détestent le film de Laurent Cantet sans l’avoir vu. Certains l’utilisent pour défendre leurs partis pris, bons ou méchants. Certains se laissent porter par les modes, le clinquant, les gesticulations blogo-médiatiques. D’autres se contentent d’expliquer que François Bégaudeau les agace. Rien de bien concluant dans tout cela. Il faut s’en tenir au film, aux images, suffisamment complexes pour éviter les polémiques accessoires. Cantet a d’ailleurs décidé de ne plus accepter les débats de société, sur l’école, le collège unique ou la pédagogie idéale: il estime à juste titre que le cinéma est assez fort. Ce qu’il veut exprimer est dans son film et pas dans le hors-champ. Que voit-on? Un collège parisien. Un enseignant courageux, énergique, soucieux d’efficacité, conscient de ses failles et de ses dérapages, tourmenté par ses limites et ses échecs. Un type honnête et imparfait. Un enseignant qu’on peut évidemment critiquer (“Il pourrait surveiller son vocabulaire!” “Pourquoi pas Voltaire en quatrième? “) Mais Cantet ne rejoue pas la mascarade imbécile, l’optimisme pervers du “Cercle des poètes disparus”. Il montre un homme, pas un héros. On voit aussi un groupe d’enfants. Parmi eux, on entend surtout, tiens donc, les plus bavards, les perturbateurs ou les langues bien pendues. Mais Cantet n’oublie pas les silencieux, les discrets, les timides, ceux qui travaillent, réfléchissent ou souffrent en silence. On voit des “collègues” dans la salle des profs ou le conseil de classe, ni idéalisés ni caricaturés. “Entre les murs” est un constat social d’une grande justesse, un portrait de groupe habilement construit. Il traite d’une question, d’une angoisse, à laquelle personne ne connaît de solution définitive, dont l’issue ne dépend pas que de l’école elle-même: comment éduquer, respecter, ne pas abandonner à la malédiction sociale, comment construire une école démocratique? C’est parce que l’angoisse du personnage principal, de ses collègues et, surtout, de ses élèves, n’a pas de réponse toute faite, que c’est l’angoisse d’une société tout entière, que le film suscite tant de positions extrêmes. Plus facile alors de donner des leçons de vertu que de réfléchir honnêtement. Alors que Cantet exprime justement l’ensemble de ces contradictions avec toute la pertinence que permet son instrument: le cinéma.

René MARX

Critiques publiée également dans Fenêtres sur Cours

 

Accueil | Copyright | Contact | ©2008 René Marx