La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : L'intrus de Claire Denis

L'Intrus de Claire DENIS


Sorti le 4 mai 2005 avec Michel Subor, Grégoire Colin, Béatrice Dalle

L'intrusMontrer un voyage, quand son but de ce voyage n'est pas expliqué au spectateur? Spectateur à qui l'on offrira à la fin quelques indices pour qu'il essaie, à reculons, de comprendre ce qu'il vient de voir? Le défi n'est pas mince et Claire Denis le relève avec force. Un homme de soixante-dix ans vit seul avec deux chiens dans une cabane isolée du Jura. Il croise une sauvageonne, une pharmacienne dont il est l'amant, une femme qui élève des chiens et qui ne veut pas être touchée par lui, un jeune homme qui semble être son fils et qui a épousé une douanière. Tout cela, dès le début, est incompréhensible ou plutôt difficile à mettre en ordre.
En même temps, avec des images d'une beauté exceptionnelle, un son précis et présent, le film est dès le début, émouvant, troublant. On sent qu'on a affaire à une grande histoire, tout en n'en recevant que des bribes. Seulement ce que Claire Denis a décidé de nous livrer.
L'homme passe par une banque de Genève et part bientôt très loin de l'Europe, pour des déplacements toujours aussi troublants et qui nous fascinent sans dévoiler leur mystère. Une greffe du coeur plus tard et à la fin, oui, on apercevra quelques pistes en soupçonnant qu'il sera long d'épuiser la signification d'un tel film. La part de l'onirique est grande, avec des scènes de rêve violentes et belles, mais la part du réalisme aussi, avec des regards en Cinémascope sur de très lointains paysages urbains ou sauvages qui laissent ébloui. En partant aussi loin, Claire Denis, ses comédiens (Michel Subor, Bambou, Béatrice Dalle) et ses techniciens (Agnès Godard, Jean-Louis Ughetto), comme le joueur de flûte de Hamelin, entraînent le spectateur sur une voie énigmatique et fascinante.

René MARX (article publié en mai 2005 dans Fenêtres sur Cours)

Accueil | Copyright | Contact | ©2005 René Marx