La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : La traversée du temps de Mamoru Hosoda

La traversée du temps de Mamoru Hosoda

Film japonais d'animation - Titre original : Toki wo kakeru shôjo - Année de production : 2006 - Date de sortie : 04 Juillet 2007 - Durée : 1h 38min.

Interpétation :

Makoto Konno (voix originale) : Riisa Naka
Chiaki Mamiya (voix originale) : Takuya Ishida
Kousuke Tsuda (voix originale) : Mitsutaka Itakura
Yuri Hayakawa (voix originale) : Ayami Kakiuchi
Kaho Fujitani (voix originale) : Mitsuki Tanimura
Kazuko Yoshiyama (voix originale) : Sachie Hara
Miyuki Konno (voix originale) : Yuki Sekido

Réalisé par Mamoru Hosoda
Scénario : Satoko Okudera d'après l'oeuvre le roman de Yasutaka Tsutsui
Compositeur : Kiyoshi Yoshida
Monteur : Shigeru Nishiyama
Directeur artistique : Nizou Yamamoto
Producteurs : Shinichiro Inoue et Jungo Maruta
Production : Madhouse Productions, Japon
Distribué par Eurozoom

Film pour enfants à partir de 10 ans (et pour plus grands...).
Mention spéciale du jury au Festival Annecy 2007.
Film d'animation de l'année, Meilleur réalisateur, Meilleure histoire originale, Meilleur scénario, Meilleure direction artistique et Meilleur design au Tokyo Anime Fair 2007.
Prix du Meilleur Film d'Animation au Festival International de Stiges, au Festival International du Film de Catalogne en Espagne, et au Festival du Cinéma d'Animation de Waterloo au Canada.

La traversée du temps

Makoto, dix-sept ans, est une lycéenne comme les autres, un peu garçon manqué, pas trop interessée par l'école et absolument pas concernée par le temps qui passe ! Jusqu'au jour où elle reçoit un don particulier : celui de pouvoir traverser le temps. Améliorer ses notes, aider des idylles naissantes, manger à répétition ses plats préférés, tout devient alors possible pour Makoto. Mais influer sur le cours des choses est un don parfois bien dangereux, surtout lorsqu'il faut apprendre à vivre sans ! Très beau moment de poésie et de philosophie, ce film est aussi d'une grande qualité picturale. Un tableau est au centre de l'histoire mais la ville, ses dangers et ses merveilles, le lycée, ses recoins et ses défis, les quartiers, maisons, intérieurs, visions projetées, tout est nimbé d'une touche sensible, le rythme irrégulier et toujours signifiant se prêtant totalement à la valeur contemplative que cette oeuvre propose. Quand on pense au cinéma d'animation japonais, nous vient bien sûr le nom de Hayao Miyazaki. Mamoru Hosoda ne décevra pas les fidèles du maître car ici aussi l'intelligence du récit est criante, débordant presque l'écran pour se graver dans notre pensée flottante alors mise en éveil où l'identification n'est pas loin : qui n'a pas rêvé de faire tourner les horloges dans le sens inverse à l'ordre naturel qui fait tant souffrir quand il ne laisse pas de possibilité de seconde chance ? Fidèle à la pensée asiatique qu'illustrent de grands films comme Yi-Yi de Edward Yang qui abordait aussi, dans un autre genre mais avec la même densité métaphysique, cette question de la seconde chance, La traversée du temps est un conte magique qui n'est pas si simple et met presque mal à l'aise, parce qu'il fouille beaucoup du côté de la découverte des sens, de l'amour, de l'angoisse de grandir, et de mourir. Ce film surprend aussi par sa structure particulière faite d'ellipses et de sauts dans le temps - de par sa thématique mais également du fait qu'il est adapté d'une oeuvre littéraire (roman éponyme de Yasutaka Tsutsui, figure emblématique japonaise de la "métafiction", auteur également de Paprika en1993, adapté en 2004 par Satoshi Kon), d'où cette pâte finement travaillée. Mal à l'aise ne veut pas dire mécontent, au contraire. D'autres critiques l'ont dit et c'est vrai, on n'a pas envie de quitter la salle après le générique de fin... la musique peut-être, celle de Kiyoshi Yoshida mais aussi celle de ces images pures et très proches du spectateur, très communicatives. La jeune Makoto est en fait une sacrée compagnie dont on ne voudrait pas se débarrasser parce qu'elle est un personnage auquel on a cru, à travers lequel on a entrevu l'espace d'un très beau film l'abîme qui sépare le réel d'un quotidien fait de contraintes, du poids bien plus léger et tourbillonnant de l'espace du coeur.

Michel MARX

 

site officiel du film : http://www.traverseedutemps-lefilm.com/

Accueil | Copyright | Contact | ©2007 Michel Marx