La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé de Michel Piccoli

C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé de Michel Piccoli

( Comédie dramatique française - Durée : 1h 15min. - Date de sortie : 18 Janvier 2006)

Avec Roger Jendly, Michele Gleizer, Elisabeth Margoni, Monique Eberlé, Nicolas Barbot

Scénario : Michel Piccoli , Ludivine Clerc
Producteur : Paulo Branco
Production : Gémini Films, France Arte France, France
Musique : Arno
Dialogues : Ludivine Clerc, Michel Piccoli
Directrice de la photographie : Sabine Lancelin
Ingénieur du son : Philippe Morel
Costumier : Pierre Canitrot
Monteuse : Catherine Quesemand
Chef décorateur : Yves Fournier
Exportation/Distribution internationale : Gémini Films, France

C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvéEn 2001, Manoel de Oliveira, qui n'avait que 93 ans, présentait son nouveau film à Cannes en compagnie de Michel Piccoli, qui atteignait 75 printemps. Pendant la conférence de presse, il lui fit remarquer avec son humour colossal qu'il devait faire attention à ce qu'il disait: "Souviens-toi que tu pourrais être mon fils ! Un peu de respect !" Cinq ans plus tard, Piccoli nous présente son troisième film en tant que réalisateur et il n'est pas loin du grand Portugais, son père pour rire. "C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé" est en effet digne des grandes farces qu'Oliveira a su nous donner. En reprenant, avec une simplicité biblique, le trio mari-femme-maîtresse du théâtre des clichés, Piccoli fait rire et trembler autour d'une cérémonie de la répétition, d'un rituel farcesque du sexe et de l'argent. Servi par de grands comédiens ("Ils ne sont pas connus, ce ne sont que des comédiens de théâtre" a-t-il déclaré avec ironie) et une liberté d'expression réservée aux metteurs en scène qui n'ont pas de compte à rendre au commerce et à la bienséance des spectacles officiels, Piccoli joue en maître de l'outil cinéma.

René MARX (article publié en janvier 2006 dans Fenêtres sur Cours)



"C'est une farce, une sorte de guignolerie !" dit lui-même Michel Piccoli de "C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé" son troisième long métrage comme réalisateur. Après "Alors Voilà" (1997, avec Maurice Garrel, Dominique Blanc, Roland Amstutz, où il était déjà question de secret partagé, en l'occurrence entre un père et sa fille) et "La Plage Noire" (2001, avec Jerzy Radziwilowicz, Dominique Blanc et Jade Fortineau, adapté du roman de François Maspero, cette fois plus politique mais où il était aussi question d'un homme forcé de se cacher, et également de ses rapports avec sa fille), Michel Piccoli s'exprime cette fois, avec pour interprètes Roger Jendly, Michele Gleizer et Elisabeth Margoni, par le biais d'une fable comique distanciée et où les plans fixes risquent d'en déranger certains et d'en émouvoir d'autres, nostalgiques sans doute d'un cinéma de la pensée, héritier du théâtre sarcastique, malin et plein de picardie philosophique. Il y traite des relations amoureuses d'un homme balançant entre sa femme et sa maîtresse, offrant des parties de scrabble "à la muette" à l'une et des fleurs chaque jour à l'autre, grâce à ce qu'il vole à la première. L'homme agit avec la complicité de sa gouvernante suivant ses efforts surhumains pour contenter les deux et assumer ces deux appartements qu'il occupe en secret, sorte de Isaac Bashevis Singer peignant dans son livre, "Ennemies", un protagoniste s'épuisant dans des mensonges "nécessaires" à sa survie. Avec cette même dimension qu'à découper sa vie on ne fait peut-être que la reproduire. Exceptionnel monstre sacré né le 27 Décembre 1925 à Paris, Michel Piccoli passa son enfance en pension, caché en quelque sorte parce qu'il était né un peu tard d'un violoniste et d'une pianiste qui l'avaient conçu après avoir perdu un premier enfant, d'où son caractère très tôt secret... ceci expliquant peut-être cela...

Michel MARX

Accueil | Copyright | Contact | ©2006 René Marx et Michel Marx