La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Le départ de Jerzy Skolimowski

Le départ de Jerzy Skolimowski

Date de sortie cinéma : 6 décembre 1967
Date de reprise cinéma : 7 septembre 2011
Durée : 01h29min

Réalisé par Jerzy Skolimowski
Scénaristes : Andrzej Kostenko et Jerzy Skolimowski

Interprètes :
Jean-Pierre Léaud : Marc
Catherine-Isabelle Duport : Michèle
Paul Roland : Le patron
Jacqueline Bir : La femme
Georges Aubrey
Lucien Charbonnier
Leon Dony
John Dobrynine
Bernard Graczyk
Marthe Dugard
...
Equipe technique :
Monteur : Bob Wade
Assistant réalisateur : Jean-Emile Caudron
Monteur son : Philip Cape
Opérateur : Jacques Assuérus
Directeur de production : Maurice Urbain
1er assistant caméra : Michel Baudour
Compositeur : Krzysztof Komeda
Directeur de la photographie : Willy Kurant

Long-métrage belge . Genre : Comédie dramatique
Durée : 01h29min Année de production : 1967
Producteur : Bronka Ricquier - Distributeur : Malavida

Le départFilm sur l'ivresse de vivre, sur la course folle du personnage ou de Jean-Pierre Léaud (par moments, souvent, toujours, on se dit que le film est fait pour lui, pour qu'il existe totalement dans sa pureté rimbaldienne), sur une époque ou sur l'aspiration à un contre-pouvoir ? Film politique, d'amour, ou de déraison ? Conte éducatif ou miroir - une longue scène étonnante de miroir transporté prend une large place dans le film - poème générationnel ou main serrée à la Nouvelle vague...

Avec les deux acteurs principaux et le chef opérateur de Masculin Féminin de Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Léaud et Catherine Duport, et Willy Kurant, et une mise en scène d'une délirante liberté, Jerzy Skolimowski, dont c'est le premier film hors de sa Pologne, puisqu'il le tourne en Belgique, soutenu financièrement par la riche épouse d'un directeur de revue automobile, d'où sans doute le sujet : Marc (Jean-Pierre Léaud) garçon coiffeur de 19 ans (portrait très caustique, voire acide, de son patron, symbole du capitalisme froid), est dingue des voitures et veut participer au départ d'un rallye qui commence dans deux jours, Jerzy Skolimowski tape fort. Plus tard, en 1990, Arthur Joffé, dans un tout autre genre, fimera aussi la quête effrenée d'une somme d'argent, dans Alberto express. Ce sont ces récits où la base est juste une affaire de nécessité et où le déroulement nous permet de découvrir une individualité qui se heurte aux codes d'un monde marchand qui n'est pas fait pour elle et où la demande ne vaut plus que comme révélateur de cette pression sociale, expression d'une impossible adaptation parce qu'elle serait soumission.

Flanqué d'un complice souvent récalcitrant à ses stratagèmes hors-la-loi, voici Marc à la poursuite de la voiture qu'il n'a pas... Il s'agit alors d'un chemin à la fois pragmatique et mythique à 180 à l'heure, dérapages compris, sur lequel une jolie frimousse (Catherine-Isabelle Duport dont il paraît que ce fut le dernier rôle), héritage godardien, vient changer la donne.

Sur une musique vertigineuse, récurrente et tonitruante composée par Krzysztof Komeda qui travailla également avec Polanski, avec la voix plus discrète et cristalline de Christiane Legrand des Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy pour interpréter la chanson du film, rythme et ton symboliques de toute une époque, c'est 1h29min de rire fou et d'insolence brillante et poétique, souvent violente dans ce qu'elle a de profonde, une visée artistique qui semble avoir été oubliée dans ces années-là où le cinéma était moins consensuel et plus courageux qu'aujourd'hui même si d'autres formes de combat existent, et qui ressurgit, dans son romantisme absolu.

Michel MARX


"Le Départ" de Jerzy Skolimowski ressortie le 7... par Universcine 



 

 

 

Accueil | Copyright | Contact | ©2011 Michel Marx