La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Le vent se lève de Hayao Miyazaki

Le vent se lève de Hayao Miyazaki

Réalisé par : Hayao Miyazaki
Scénario : Hayao Miyazaki

Date de sortie 22 janvier 2014 (2h6min)
Film d'animation japonais

Hideaki Anno Rôle : Jirô Horikoshi
Miori Takimoto Rôle : Naoko Satomi
Hidetoshi Nishijima Rôle : Honjo
Masahiko Nishimura Rôle : Kurokawa
Stephen Alpert Rôle : Kastrup
Morio Kazama Rôle : Satomi
Keiko Takeshita Rôle : La mère de Jirô
Mirai Shida Rôle : Kayo Horikosh
Jun Kunimura Rôle de Hattori
Shinobu Ôtake Rôle de la Femme de Kurokawa
Mansai Nomura Rôle de Caproni

Parolier (chansons du film) Robert Gilbert
Compositeur (chansons du film) Werner R. Heymann
Interprète (chansons du film) Yumi Arai
Directeur artistique Yôji Takeshige
Superviseur de la mise en couleur des personnages Michiyo Yasudo
Directeur de la photographie Atsushi Okui
Ingénieur du son Koji Kasamatsu
Mixage Koji Kasamatsu
Enregistreur de bruitages Eriko Kimura
Chef monteur Takeshi Seyama
Directeur de l'animation Katsuya Kondo
Compositeur Joe Hisaishi
Directeur de l'animation Kitaro Kosaka
Distributeur France (Sortie en salle) The Walt Disney Company France
Production Studio Ghibli
Distributeur à l'étranger (Sortie en salle) Touchstone Pictures
Production Nippon Television Network
Production Dentsu
Production Hakuhodo DY Media Partners
Production Mitsubishi Corporation
Production Toho
Production KDDI Corporation

Le vent se lèveLe vent se lève

2014 commence à peine et déjà une certitude : voici l'un des meilleurs films de l'année : Le vent se lève, annoncé comme son "dernier" par le maître japonais Miyazaki. Biographie d'un personnage inspiré du bien réel ingénieur aéronautique Jiro Horikoshi, qui créa un puissant bombardier à la veille de la seconde guerre mondiale. On savait la passion poétique et réaliste à la fois de Miyazaki pour les machines volantes. On connaissait son pacifisme.

Ces deux amours, les avions et la paix, se conjuguent pour créer l'une des plus belles histoires romanesques qu'on ait vue au cinéma depuis longtemps. La merveilleuse inventivité visuelle de Miyazaki, qui dessine aussi amoureusement les paysages et les machines que les êtres humains, exalte encore la beauté de son récit. Peu de scènes oniriques cette fois-ci, mais d'une beauté parfaite, et une infinité de précisions techniques jamais ennuyeuses. Plus une histoire d'amour magnifiquement racontée.

On est transporté à travers la vie et l'intimité d'un homme, par la magie du dessin animé. Pendant des dizaines d'années, on partage ses ambitions d'inventeur et son amour unique pour la belle Naoko, pourtant rencontrée lors d'un événement catastrophique. Sans oublier les ambiguïtés d'une vie consacrée à réaliser un engin de mort, dans une sorte d'enthousiasme aveugle pour la technique pure.

Le film d'animation atteint là des hauteurs (à tous les sens du mot) qu'il avait rarement rejointes. Miyazaki se permet de citer Paul Valéry en français dans le texte (d'où le titre du film) et de reprendre avec élégance les thèmes de La montagne magique de Thomas Mann. Pour un film, qui malgré sa complexité, pourra aussi passionner les enfants. Tant de qualités réunies font simplement espérer que Miyazaki ne s'en tiendra pas à l'étrange décision qu'il annonce de mettre fin à sa carrière.

René Marx

 

 



Accueil | Copyright | Contact | ©2013 René Marx