La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Le Dahlia Noir de Brian De Palma


Le Dahlia Noir de Brian De Palma

(Film américain, allemand - Titre original : The Black Dahlia - Genre : Policier, Thriller, Drame - Durée : 2h. - Année de production : 2005 - Date de sortie France : 08 Novembre 2006)

Interprètes : Bucky Bleichert : Josh Hartnett; Kay Lake : Scarlett Johansson; Madeleine Sprague Linscott : Hilary Swank; Sergent Lee Blanchard : Aaron Eckhart; Elizabeth Short : Mia Kirshner; Sheryl Saddon : Rose McGowan
Cleo Short : Kevin Dunn; Bobby DeWitt : Richard Brake; Ellis Loew : Patrick Fischler; Russ Millard : Mike Starr; Emmet Linscott : John Kavanagh; La propri étaire du bar : Claudia Katz; Une prostituée : Laura Kightlinger; Le chef T. Greene : Troy Evans; Georgie : William Finley; Pete Lukins: Gregg Henry...


Scénario: Josh Friedman, d'après l'oeuvre de James Ellroy
Directeur de la photographie: Vilmos Zsigmond
Compositeur: Mark Isham
Monteur: Bill Pankow
Costumière: Jenny Beavan
Directeur artistique: Christopher Tandon
Chef décorateur: Dante Ferretti
1er assistant réalisateur: Mark Egerton
2ème assistant réalisateur: Anne M. Berger
Ingénieur du son: Jean-Paul Mugel
Chorégraphe: Mia Frye
Producteur: Rudy Cohen, Moshe Diamant, Art Linson, Avi Lerner
Distribution: Universal Pictures, U.S.A. - Metropolitan FilmExport, France

Le dahlia noirLe nouveau film de Brian De Palma ne sortira que le 8 novembre mais il suscite déjà une grande attente. De la part des amateurs de De Palma mais aussi et peut-être surtout de la part des lecteurs du roman de James Ellroy. Il était difficile de ne pas s’interroger en lisant ce chef-d’oeuvre. On se disait: “Il est évident que ce roman devra devenir un film”, mais on se disait en même temps: “Le réalisateur assez génial pour oser et réussir un tel film n’est pas encore né”. L’assassinat horrible d’Elizabeth Short en 1947 à Los Angeles fascinait l’Amérique depuis soixante ans. Ellroy en a tiré une hypothèse romanesque en assumant son aspect imaginaire. Il s’agit pourtant d’un livre bouleversant sur la violence ultime, la haine absolue des femmes, le miroir aux alouettes du “hall of fame” hollywoodien et la compassion entre les humains. Quelques années plus tard, Ellroy écrivait un livre encore plus beau, si c’est possible, qui s’intitulait “Ma part d’ombre” et bouleversait complètement les données du Dahlia Noir. Enfin Steve Hodel écrivit L’Affaire du Dahlia Noir et on se disait que cette histoire était un mythe inépuisable. C’est alors qu’arrive De Palma. Comment dire? Il s’agit d’un film extrêmement fidèle à Ellroy, un film qu’il a d’ailleurs approuvé publiquement. Il est fidèle dans le traitement des faits, et assume bien la complexité de l’intrigue, la difficulté de montrer au spectateur qui est coupable de la mort d’Elilzabeth Short. Il est même fidèle à Ellroy au-delà des faits puisqu’il est bien en même temps un thriller, un film d’action lisible au premier degré et une méditation véritable sur la violence et la souffrance de ceux qui y ont affaire. Mais tout cela reste assez sage, comme engoncé dans une forme trop conventionnelle et n’arrive pas à fasciner le spectateur comme les millions de lecteurs d’Ellroy l’ont été de façon irréversible. C’est donc un très bon film, mais ce n’est pas un film extraordinaire. La question de l’adaptation de ce roman reste entière.

René MARX (article publié dans Fenêtres sur Cours en septembre 2006)

Accueil | Copyright | Contact | ©2005 René Marx