La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Les fantômes de Louba de Martine Dugowson

Les fantômes de Louba de Martine Dugowson

( Comédie dramatique française - date de sortie : 14 Février 2001 - durée 1h47 )

Avec Elsa Zylberstein, Camille Japy, Jean-Philippe Ecoffey...

Scénariste : Martine Dugowson
Producteur : Georges Benayoun
Production : IMA Films, France

Compositeur : Peter Chase
Dialoguiste : Martine Dugowson
Directeur de la photographie : Dominique Chapuis
Ingénieur du son : Daniel Ollivier
Costumière : Judy Shrewsbury
Maquilleuse : Sophie Landry
Directeur du casting : Gigi Akoka
Script : Véronique Heuchenne
Monteur : Martine Barraqué
Chef décoratrice : Frédérique Belvaux

Distribution : CTV International, France


Les fantômes de LoubaMartine Dugowson semble renouer avec son film de 1994, Mina Tannenbaum. A nouveau une amitié d'enfance qui poursuit deux femmes jusqu'à la trentaine, histoire faite de fascination, de passion amoureuse, de rancoeur, de frustration, où une idéaliste, peut-être naïve, en tout cas écorchée vive se heurte à une partenaire apparemment jamais effleurée par le doute. Ici aussi l'une "réussit" et l'autre pas. Il ne faudrait pas pousser trop loin le parallèle entre les deux films. Les relations sont ici beaucoup plus âpres, marquées par la dissimulation, le mensonge, l'humiliation. De plus, sur cette fausse amitié se greffe une manipulation quasi hitchcockienne et une histoire d'amour très étrange et inattendue entre l'une de ces deux femmes et un tout petit garçon perdu dans un monde qu'il ne comprend pas. Comme à son habitude, Martine Dugowson étudie avec une précision extrême les sentiments violents de tous ses personnages, ne condamnant ou n'excusant tout à fait aucun d'entre eux. Elle se fait à nouveau la portraitiste d'individus à la fois totalement romanesques (l'Angleterre des soeurs Brontë n'est pas loin) et totalement pris dans l'histoire (si le film se situe après la seconde guerre mondiale, tout le récit en procède directement). Si Elsa Zylberstein ou Jean-Philippe Ecoffey restent fidèles à la cinéaste, on voit ici apparaître dans son univers trois comédiennes étonnantes, Camille Japy, Vahina Giocante et Julia Levy-Boeken. La musique est à nouveau de Peter Chase, en symbiose profonde avec toute la composition du film.

René MARX (article publié dans Fenêtres sur Cours en 2000)

Accueil | Copyright | Contact | ©2006 René Marx