La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Lettres et révolutions (Diário de uma busca) de Flavia Castro

Lettres et révolutions (Diário de uma busca) de Flavia Castro

Titre original : (Diário de uma busca)

Long-métrage documentaire français , brésilien .
Durée : 01h47min
Année de production : 2010

Sortie salle France : 22 juin 2011

Écrit et réalisé par Flavia Castro

Festivals et récompenses :
Festival de Cinema de Gramado (Brésil) 2010 : Prix de la Critique (Meilleur Film) et prix du Jury Etudiant (Meilleur Film)
Rio de Janeiro International Film Festival 2010 : Fipresci Prize (Prix des critiques internationaux) et Prix du Meilleur Documentaire
Festival Biarritz Amérique latine 2010 : Prix du meilleur Documentaire
Mostra Internationale de Sao Paulo 2010
Festival de Punta del Este 2011
BAFICI 2011
Documenta Madrid 2011

Lettres et révolutionsFlavia Castro, homonymie de hasard qu'elle revendiqua jeunette comme une appartenance, parce qu'être fière de Cuba c'était être fière de ses parents militants brésiliens, retrace le parcours fort et sombre de son père, Celso Castro, dont l’histoire recoupe celle des luttes politiques qui ont secoué l’Amérique latine à partir des années 1960.

Une vie faite d’exils successifs et de militantisme, qui va de l’euphorie et de l’espoir fou des années de jeunesse à la désespérance des dernières années. Et qui s’achève donc de façon tragique, à 41 ans, dans l’appartement d’un ex-Nazi sur lequel Celso enquêtait comme, semble le suggérer le frère de Flavia, on se jette dans la gueule du loup. Et en effet, dans ses dernières lettres, Celso parle de déprime mal vaincue par la cocaïne, de perte des croyances, d'amertume.

Tout incite à penser, y compris les rapports de police ambigus, et les témoignages et contre-témoignages, qu'en lieu d'un suicide diagnostiqué, il y eut, cette année de 1984, assassinat. Mais tout comme la mort de Allende, rien ne sera sans doute jamais élucidé tout à fait et la mort de toute façon peut-elle se réduire à une version des fait quand elle est celle d'une idéologie, d'un espoir, d'une lutte pour un autre monde possible ?

Le film est lent, volontairement, et peut-être aussi parce que l'émotion de la narratrice resserre de cette matière temporelle qui est, au fond, la ligne narratrice de cette histoire de déplacements, de langues nouvelles, d'attaches incertaines et de liens salvateurs, d'amours successives, de spirale de la fuite et de la recomposition, vitale et iconique, une demi-soeur surgit à Paris et c'est, sur un banc, un des moments les plus poignants du film. En cela le propos de Flavia Castro est tout aussi personnel qu'universel, et rejoint aussi une famille cinématographique.

C'est la voix d'un compagnonage, à travers les questions posées à sa mère, partenaire de vie et de lutte de Celso, forcée de revivre avec lui sur la recommandation de la base même s'ils étaient déjà séparés. C'est aussi le récit d'une maturation précoce, par l'apprentissage du camouflage des noms, des nationalités, de la profession.

De la petite fille qui dit à l'école que le métier de ses parents est de faire des réunions, à l'adolescente interviewée à Paris et qui est déjà une femme et a appris à se taire mais à affronter, Flavia Castro retrace aujourd'hui, adulte composée de ces circonstances aux lourdes conséquences, une sorte de gouffre de l'absence, vécu différemment par les différents protagonistes, un frère qui essaie de replacer le sujet, une demi-soeur qui pleure, une mère dont les sourires ne sont que des protections, les amis qui savaient combien il était difficile pour Celso Castro d'emmener sans cesse son énergie gigantesque d'une frontière l'autre, d'un ménage l'autre, déchiré toujours, finalement tué en un goulot d'étranglement prévisible, celui de son opposition au monde bourgeois, aux fascismes.

Un film à deux voix, celle de la réalisatrice, traversée par les lettres du père, comme les retrouvailles de deux entités qui, parce qu'elles sont faites du même bois, c'est criant, ne se sont jamais quittées.

Michel MARX


Lettres et révolutions Bande-annonce par toutlecine 

 



 

 

 

Accueil | Copyright | Contact | ©2011 Michel Marx