La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Merci pour le chocolat de Claude Chabrol

Merci pour le chocolat de Claude Chabrol

(Drame psychologique suisse, français - Date de sortie : 25 Octobre 2000 - Durée : 1h 39min)

Avec Isabelle Huppert, Jacques Dutronc, Anna Mouglalis

Scénaristes : Caroline Eliacheff, Claude Chabrol
Compositeur : Matthieu Chabrol
Directeur de la photographie : Rénato Berta
Ingénieur du son : Jean-Pierre Duret
Costumière : Elisabeth Tavernier
Script : Aurore Chabrol
Monteur : Monique Fardoulis
Producteur : Marin Karmitz d'après l'oeuvre de Charlotte Armstrong; Production CAB Productions, Suisse, MK2 Productions , France France 2 Cinéma, France Télévision Suisse Romande (T.S.R.), Suisse YMC , Suisse Canal + (France) , France Office Fédéral de la Culture , Suisse Suisse Succès Cinéma, Suisse Téléclub, France

Merci pour le chocolatPourquoi s'endort-on? Et qui nous endort? Quel est, aussi, le rapport entre le cinéma et l'hypnose? Ce sont les étranges questions posées par ce faux film à suspense, ce film d'angoisse somnambulique où tout ce qui reste de l'humour brillant de Chabrol est un rire glacé. Le rire du raconteur d'histoires, du marionnettiste qui regarde de très haut ses créatures et rit même du sommeil de leur raison. Rit de ceux qu'il a inventés. Le film se passe à Lausanne, sur les bords d'un Léman ensommeillé lui-même, où un bateau nommé "La Suisse" traverse lentement sur l'écran des eaux brouillardeuses. La Suisse riche, paisible, où la légende veut que tout glisse, que tout soit pris dans un confort ouaté. Où l'argent travaille en dormant, sans que nul ne sache vraiment d'où il vient. Dans cette histoire de secrets familiaux, de naissances cachées, de meurtres obscurcis par l'oubli, s'agite faiblement un grand pianiste interprété par Jacques Dutronc. L'ironie de Chabrol veut que l'artiste reste grand, même s'il a tout oublié de la tragédie du monde, même s'il a souhaité tout oublier. Peut-être grand à cause de son oubli. Ou de son indifférence devenue habitude. L'art réjouissant, parfois truculent de Chabrol devient ici lenteur, contemplation. Contemplation surtout des visages et des corps de deux acteurs d'exception: Dutronc et Huppert. On dirait que plus il vieillit, plus Chabrol est intelligent. Profitons-en.

René MARX (article publié dans Fenêtres sur Cours en 2000)

Accueil | Copyright | Contact | ©2006 René Marx