La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : No Country For Old Men de Joel et Ethan Coen

No Country For Old Men de Joel et Ethan Coen

Film américain - Titre original : No Country For Old Men - Genre : Thriller, Drame - Interdit aux moins de 12 ans - Année de production : 2007 - Date de sortie France : 23 Janvier 2008 - Durée : 2h 2min.

Avec :
Bell : Tommy Lee Jones
Anton Chigurh : Javier Bardem
Llewelyn Moss : Josh Brolin
Carson Wells : Woody Harrelson
Carla Jean : Kelly MacDonald
Wendell : Garret Dillahunt
Loretta Bell : Tess Harper
Ellis : Barry Corbin
l'homme qui engage Wells : Stephen Root
le sherif d'El Paso : Rodger Boyce
la mère de Carla Jean : Beth Grant
la femme au bord de la piscine : Ana Reeder
Molly : Kit Gwin
L'homme dans le gué : Chip Love
le gérant de la station d'essence : Gene Jones
...

Directeur de la photographie : Roger Deakins
Compositeur : Carter Burwell
Monteurs : Roderick Jaynes (Ethan Coen) - Roderick Jaynes (Joel Coen)
Monteur son : Skip Lievsay
Mixage : Skip Lievsay
Chef décorateur : Jess Gonchor
Costumière : Mary Zophres
Ingénieurs du son : Peter F. Kurland, Craig Berkey et Greg Orloff
Directrice du casting : Ellen Chenoweth

Écrit et réalisé par Joel Coen, Ethan Coen (d'après l'oeuvre de Cormac McCarthy )

Produit par Paramount Classic, Miramax Films, Scott Rudin Productions (U.S.A.)

Distribué par Paramount Pictures France, Miramax Films U.S.A.

No country for old menUn quidam trouve une montagne de dollars au milieu de cadavres de trafiquants mexicains gisant dans le désert, un tueur fou le prend en chasse, un vieux shérif désabusé fait ce qu’il peut pour protéger le fugitif devenu insaisissable. On n’en dira pas plus puisque le suspense est ainsi mis en place pour les deux heures à venir. Ce film est un drôle de mélange. Pour une part c’est un film de poursuite assez banal, adroitement construit, qui parvient sans peine à maintenir l’attention du spectateur. Les frères Coen savent évidemment fabriquer un film d’action et ont les ressources narratives de professionnels aguerris. Donc on ne s’ennuiera pas. Une bonne partie est tout de même assez convenue, pas bien surprenante, bien qu’agréable à regarder. “Agréable” est à prendre cum grano salis car on s’y massacre allègrement, mais, bon, le cinéma fait ça depuis plus de cent dix ans. Certaines inventions (l’arme étrange du tueur fou) sont des recettes surprises plus habiles que convaincantes. Ce qui fait le prix de ce film c’est finalement son désordre… On passe de moments presque barbants à de vraies accélérations qui vous collent au fauteuil, puis à certains moments de poésie pure, notamment dans l’utilisation de l’espace. Par exemple ce jeu stupéfiant autour du poste frontière ou la puissance d’évocation des scènes de désert. Le désordre dans le récit aussi puisqu’on passe de scènes très explicites à d’autres totalement elliptiques, avec certains moments-clés expédiés en quelques secondes. Le vieux shérif incarne l’aspect moral du propos, mais on n’a pas de quoi méditer bien longtemps, la philosophie de tout cela est assez courte. Ce qui demeure, c’est donc un film inégal traversé de quelques coups de génie. Après tout…

René MARX (article publié en janvier 2008 dans Fenêtres sur Cours)

Accueil | Copyright | Contact | ©2008 René Marx