La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Port Djema de Éric Heumann

Port Djema de Éric Heumann


(date de sortie 23/04/97, 1h35)
Avec Jean-Yves Dubois, Nathalie Boutefeu, Christophe Odent

Les guerres ethniques… Le monde incompréhensible… L'impuissance de la politique… L'irresponsabilité de chacun… La culpabilité de qui? Cette fin de siècle n'en finit plus de tourner en rond Port Djemaet le cinéma reflète cette douleur-là. Les militants qui tentent de réfléchir et d'agir quand même, ceux qui se cognent aux murs et se battent pourtant seront troublés et forcément intéressés par ce film hésitant et honnête. C'est le premier d'Eric Heumann, jusque-là producteur, notamment des dernières oeuvres de Théo Angelopoulos, grand questionneur du monde contemporain, de l'action et de l'impuissance. Les limites de ce film, itinéraire d'un médecin français dans un pays déchiré de l'Afrique de l'Est, sont celles de la réflexion de Heumann. Il exprime clairement lui-même sa confusion et ses doutes d'Occidental bien nourri et désarmé face à des conflits auxquels il ne comprend rien. Les seuls qui agissent sont les médecins ou les infirmières qui continuent à soigner, les combattants qui ont raison ou tort et les diplomates européens qui sont "neutres en soutenant tous les camps à la fois". On ne peut qu'être frustré par cette absence (inévitable?) de réponses aux questions posées par le film. Mais la force des images, le regard sincère sur les hommes, les villes, les paysages force le respect pour cette tentative éclairée par un grand directeur de la photo, celui de tous les films d'Angelopoulos, Yorgos Avarnitis et soutenue par un acteur étonnant, "de la Comédie-Française" : Jean-Yves Dubois.


René MARX (article publié en 1997dans Fenêtres sur Cours)

Accueil | Copyright | Contact | ©2005 René Marx