La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Respiro de Emanuele Crialese


Respiro Il faut revenir sur ce film et son succès français  surprenant. C’est la première fois depuis longtemps qu’un film italien est reconnu ici, sans être signé Benigni ou Moretti. Le public est enthousiaste sans doute de retrouver un cinéma qu’il a oublié d’aimer depuis de nombreuses années. Ce n’est pas que les bons films manquent en Italie. Mais ils sont peu ou pas distribués chez nous et les coupables sont des deux côtés des Alpes. Profitons donc de ce Respiro pour énoncer sa qualité essentielle. Cette qualité c’est, tout bêtement, le bon goût de son auteur, Emanuele Crialese, Italien formé aux États-Unis, rentré chez lui pour réaliser son deuxième long-métrage. Tout dans cette histoire était prétexte à cliché et à déja vu. Les paysages rosselliniens, la société arriérée qui empêche les personnalités de s’exprimer, surtout celle des femmes, les libertés que prend le Sud de l’Italie avec la loi et les règlements, la cruauté des enfants, la sacralisation/dévalorisation des mères, des épouses, des filles. Jusqu’à la chronique de la tragédie annoncée. Avec ces points de départ, Crialese ne cesse de surprendre, de raffiner son propos, d’éviter toutes les facilités. Tant sur son esthétique que sur son propos, il réussit ses paris et invente une somptueuse conclusion. En filmant paysages et personnages avec une telle finesse et un tel sens de la nuance, il donne envie de courir soi-même vers cette île de Lampedusa où on invente de si belles histoires. 

René MARX (article publié en février 2003 dans Fenêtres sur Cours)

Accueil | Copyright | Contact | ©2005 René Marx