La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Scoop de Woody Allen

Scoop de Woody Allen

(Film américain, britannique - Genre : Comédie, Romance - Année de production : 2005 - Date de sortie France : 01 Novembre 2006 - Durée : 1h 36min.)

Sondra Pransky : Scarlett Johansson
Peter Lyman : Hugh Jackman
Splendini : Woody Allen
Joe Strumble : Ian McShane
Vivian : Romola Garai
M. Malcolm : Charles Dance
la bonne : Meg Wynn Owen
Wendy Beamish : Tina Rath
Mike Tinsley : Kevin McNally
Lord Lyman : Julian Glover
La Mort : Peter Mastin
L'assistante de Splendini : Suzy Kewer
Le flic : Alexander Armstrong
L'inspecteur : Anthony Head

Scénario : Woody Allen
Directeur de la photographie : Remi Adefarasin
Monteuse : Alisa Lepselter
Directeur artistique : Nick Palmer
Chef décoratrice : Maria Djurkovic
Costumière : Jill Taylor
Superviseurs des effets visuels : Adam Gascoyne - Richard Stammers
Effets visuels : The Moving Picture Company, Grande-Bretagne
1er assistant réalisateur : Mike Elliott (2)
2ème assistant réalisateur : Samar Pollitt
Ingénieurs du son : Stephane Malenfant - Peter Glossop
Directrice du casting : Juliet Taylor - Gail Stevens
Chef accessoiriste : Chris Cull
Producteurs : Letty Aronson, Gareth Wiley
Coproducteurs : Nicky Kentish Barnes, Charles H. Joffe, Helen Robin, Jack Rollins
Producteur exécutif : Stephen Tenenbaum
Directeurs de production : Tori Parry - Helen Robin
Régisseur : Francesca Dowd
Distribution : TFM Distribution, France
Attachée de presse : Isabelle Duvoisin
Attachés de presse: Jérôme Jouneaux - Matthieu Rey

Scoop

"Je suis né de confession hébraïque, mais je me suis converti au narcissisme" confie le magicien Splendini-Woody Allen à quelques mondains anglais dont il se moque en leur disant qu'il les aime, discours désormais bien connu du réalisateur-acteur-scénariste-magicien, Américain ici chez les Anglais, qui revient toujours à l'écran pour nous faire comprendre quelque chose de la société et de la place qu'il y occupe, trublion chez les aristocrates qui n'a jamais le volant du même côté que les autres. Ici le tour de passe-passe consiste - pour ceux qui ont eu la chance de ne pas rater Match Point, sa précédente pierre dans la construction de son oeuvre - à relire la partition de ce précédent film comme dans un miroir. Miroir de la morale interne du cinéaste qui culpabilisait sans doute d'avoir fait assassiner Scarlett Johansson dans Match Point parce qu'elle gênait l'installation d'un professeur de tennis chez les nantis (histoire elle-même reflet de son merveilleux Crimes et délits de 1989). Ici, l'inconscient du cinéaste, terme qui n'est pas choisi au hasard quand on manie le vocabulaire Allenien, fait en quelque sorte le chemin à l'envers et sauve la même Scarlett Johansson des mains sales d'un tueur (interprété par Hugh Jackman) qui nage dans les mêmes eaux des richesses enracinées que le précédent. Sauf que cette fois l'impunité n'est plus de mise, un pas sans doute dans la progressive et sûre dénonciation des abus de la bourgeoisie chaque fois un peu plus pulvérisée par Woody Allen. L'affiche elle-même, ci-contre, nous parle de reflet, de lutte entre le clair et l'obscur, entre la vie et la mort, entre l'homme et la femme. Sondra Pransky est apprentie journaliste et le hasard va la mettre en contact avec un fin limier du métier, tout juste mort, qui, par l'entremise involontaire du magicien Splendini, saute du bateau qui longe les sombres bords conduit par la porteuse de faux, pour soutenir l'enquête que la nouvelle égérie du cinéaste va mener afin de dénoncer le mystérieux tueur au tarot. Cela nous rappelle les meilleurs moments de comédie du maître, son goût pour l'enquête policière farfelue, son amour de la filature, sa passion pour le coup de foudre, son éternel position de sacrifié à l'autel de la passion des autres. Sauf que cette fois-ci il ne semble plus en souffrir, l'âge peut-être, une certaine sérénité qui lui donne la place du père que l'on aimerait éternel.

Michel MARX

site officiel de Scoop : www.tfmdistribution.com/scoop/

Accueil | Copyright | Contact | ©2006 Michel Marx