La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Un barrage contre le Pacifique de Rithy Panh

Un barrage contre le Pacifique de Rithy Panh

Film français, belge. Genre : Drame (adaptation) - Année de production : 2007 - Date de sortie : 07 Janvier 2009 -
Durée : 1h 55min.

Réalisé par Rithy Panh
Scénario : Michel Fessler et Rithy Panh, d'après l'oeuvre de Marguerite Duras

Interprétation :
La mère : Isabelle Huppert
Joseph : Gaspard Ulliel
Suzanne : Astrid Berges-Frisbey
Bart : Vincent Grass
M. Jo : Randal Douc
Le caporal Duong : Vanthon
Agosti : Stéphane Rideau
Carmen : Lucy Harrison
Le père Bart : Vincent Grass
M. Khing : Thenn Nan Doeun
Le père Sok : Chorn Solida
La femme de Pierre : Ingrid Mareski
Pierre : Louis Arsac
...

Directeur de la photographie : Pierre Millon
1er assistant réalisateur : Pascal Guerin
Compositeur : Marc Marder
Parolier (chansons du film) : Agnès Sénémaud
Monteuse : Marie-Christine Rougerie
Chef décoratrice : Yan Arlaud
Costumière : Edith Vesperini
Coiffeuse Antonina : Presti-Giacomo
Maquilleuse : Judith Gayo
Ingénieur du son : Pierre Mertens
Régisseur général : Anne Farrer
Directeur du casting : Gérard Moulevrier
Scripte : Géraldine Depardon
Chef machiniste : Patrick Llopis
Directeur de production : Pierre Wallon
Assistant de production : Marie de Calan
Photographe de plateau : Thanaporn Akmanon
Accessoiriste : Michel Charvaz
Chef électricien : Aurélien Gerbault

Production :
Diaphana Films, France
France 2 Cinéma, France
Canal + (France), France
Arte France cinéma, France
CDP, France
Studio 37, France
Scope Pictures, Belgique

Distribution : Diaphana Films, France
Attachées de presse : Laurence Granec et Karine Ménard

 

Un barrage contre le PacifiqueMarguerite Duras était si peu satisfaite de l’illustration de “L’Amant” par Jean-Jacques Annaud qu’elle écrivit un roman pour dire ce qu’aurait été son propre film, son adaptation. Ce fut, en 1991, “L’Amant de la Chine du Nord”. En 1958, la version de René Clément du “Barrage contre le Pacifique”, avec Alida Valli, Anthony Perkins et Silvana Mangano ne l’avait pas satisfaite non plus, même si elle lui permit d’acheter les célèbres maisons de Neauphle le Château et de Trouville. Car si Duras est un grand écrivain, elle est aussi un des plus importants cinéastes français, elle inventa un style inégalable. Elle ne pouvait pas, ainsi, regarder tranquillement d’autres metteurs en scène “déposer des images” entre ses lignes. Il est impossible d’imaginer ce qu’elle aurait pensé de cette nouvelle tentative, réalisée par un Cambodgien, un homme qui connaît par coeur les paysages qu’elle décrit et où elle vécut son enfance. Rithy Panh est habité par ce roman au point d’avoir fait acquérir par la production les terres où il voulait filmer, au point de les avoir fait défricher, cultiver pendant plusieurs années. Il nourrit une véritable passion pour “Le barrage” qui fut pour lui une initiation à la littérature française. Ce qui est passionnant dans son film, et qui est fidèle à Duras, c’est la cruauté, le cynisme, la vulgarité des personnages, la mère, la fille, le fils, le prétendant chinois lui-même. Vulgarité qui occupa Duras car elle la comprenait, la connaissait intimement et qu’elle n’hésita jamais à la reconnaître en elle-même. C’est le principal intérêt, la plus grande force de cette adaptation: montrer comme Duras les personnages de cette histoire dans la nudité de leurs bassesses et de leurs passions, sans jamais les mépriser, sans jamais cesser de les aimer. La présence au premier plan des “Indigènes” est une autre qualité. Rithy Panh donne, logiquement, une vraie place dans son récit aux colonisés, à ceux que le grand frère appelle “les singes”. Le reste, les paysages, la reconstitution historique, le rythme général du film n’est pas tout à fait convaincant, du beau travail sans doute, mais pas à la hauteur des images inoubliables de Duras elle-même.

René MARX

Bande annonce :


Un barrage contre le Pacifique - Avec Isabelle Huppert
envoyé par ultimteam
 

 

Accueil | Copyright | Contact | ©2009 René Marx