La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Volver de Pedro Almodóvar

Volver de Pedro Almodóvar

(Film espagnol - Titre original : Volver - Année de production : 2005 - Sortie France : 19 Mai 2006 - Durée : 2h01min.)

Avec :
Penélope Cruz (Raimunda), Carmen Maura (Abuela Irene), Lola Duenas (Sole), Chus Lampreave (Tìa Paula), Yohana Cobo (Paula), Yolanda Ramos (la présentatrice TV), Blanca Portillo (Agustina)
Yohana Cobo (Paula), Leandro Rivera (le barman, Antonio de la Torre Paco (le mari de Raimunda)
María Isabel Díaz (Regina), Carmen Machi (la soeur d'Agustina)...

Scénario : Pedro Almodóvar
Compositeur: Alberto Iglesias
Son : Miguel Rejas
Directeur de la photographie : José Luis Alcaine
Monteur : Jose Salcedo
Décors : Salvador PARRA
Production : El Deseo S.A., Espagne
Productrice : Esther Garcia
Producteur exécutif : Agustin Almodóvar
Distribution : Pathé Distribution, France

Ce film a obtenu le Prix d'interprétation collectif pour l'ensemble de la distribution féminine aux Festival de Cannes 2006.
Remis par Souleymane Cissé, le Prix du scénario a été attribué à Pedro Almodóvar pour Volver.

volver

Almodóvar gagne encore en pureté, retrouve de nouveau sa mère mais cette fois-ci ni dans un personnage de travesti, ni dans une confusion provocatrice (même si elle n'a jamais cessé d'être talentueuse) - ou plutôt, avec la même délicatesse que dans Parle avec elle, tel Woody Allen retrouvant dans Match Point la thématique de Crimes et délits. Almodóvar revisite le lien entre les vivants et les morts, entre ceux qui sont donnés pour absents et ceux qui parviennent encore à en capter les appels. Il faut dire que les appels de la mère, Irene (Carmen Maura), une fois qu'elle a décidé d'apparaître aux yeux de sa fille Raimunda (Penélope Cruz), sont si habités (elle n'a pas peur d'être un fantôme) qu'elle ne restera pas longtemps cachée sous le lit de la soeur de Raimunda, la si seule Sole qui gagne sa vie en coiffant à son domicile (si justement interprétée par Lola Duenas). Une chanson d'Alfredo Lepera, interprétée jadis, entre autres, par Carlos Gardel, Volver, "Revenir" en espagnol, va leur permettre de se retrouver alors que des années de fâcherie ont précédé la mort de celle-ci - et après que cette mère se sera fait héberger par Sole en se faisant passer pour une Russe errante - et les secrets de se révéler comme une chaîne de mauvaises circonstances et de douloureuses éducations. Revenir, c'est pour tous ces personnages regarder en face ce qui les a fait naître; revenir, c'est, pour Pedro Almodóvar, remettre en scène le temps d'un film cette région de la Mancha où il est né, et ce Madrid populaire où il a grandi. C'est aussi revenir à Carmen Maura, avec laquelle il n'avait plus tourné depuis dix-sept ans. Ce film, on le sait, est un film sur les femmes, ici trois générations, la plus jeune, Paula, démarrant dans la vie avec les valises fermées que lui ont laissé les autres. Armée d'un couteau, comme Almodóvar sait les mettre dans les mains de ses personnages, elle tranche dans le vif la chaîne des abus et des mensonges. Une oeuvre sur la douleur et sur le combat des femmes, sur leur dignité et leurs larmes, sur la maladie qui ronge, la mort qui abandonne, les passions qui brûlent. Merveilleux, noir, coloré, fou et limpide, un pas de plus dans ce regard porté par ce grand cinéaste sur la transmission. Revenir c'est accepter que l'on si l'on est défait par ceux qui vous ont précédés, c'est eux aussi qui vous ont fait, dans l'amour toujours tenté, toujours souillé, toujours entier. Bouleversant. Grand.

Michel MARX

> Site officiel de Volver

Accueil | Copyright | Contact | ©2006 Michel Marx