La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Zaïtochi de Takeshi Kitano

Zatoïchi de Takeshi KITANO

(Film japonais - Année 2003 - Durée : 1h56)

Avec : Takeshi Kitano, Tadanobu Asano, Michiyo Ogusu, Yui Natsukawa
Scénario : Takeshi Kitano

Lion d'Argent du meilleur réalisateur au festival de Venise

Zatoïchi Comme la plupart des maîtres du cinéma contemporain (Eastwood, Woody Allen, Almodovar), Takeshi Kitano continue de creuser son sillon en reprenant les clichés du cinéma de genre, en les mettant au service de son extraordinaire talent de metteur en scène. Ici, le film de sabre japonais et, de façon imprévisible, le film de claquettes à l’américaine. La liberté incroyable avec laquelle il reprend les légendes du vieux maître invincible destructeur de bandits, en s’offrant le luxe d’assurer aussi le montage des images qu’il invente produit l’un des plus beaux films qu’on ait vu depuis longtemps. Zatoïchi est le lieu de toutes les licences poétiques, de choix rythmiques et esthétiques qui lui garantissent à la fois le succès public et l’admiration des cinéphiles les plus exigeants. On a ici l’humour supérieur de Kitano cinéaste comique et l’ironie désespérée du visionnaire qui prétend ne rien voir. Le héros du film est un vieux combattant  aveugle, aveugle sans doute par dégoût d’une réalité trop cruelle. Le spectateur reçoit à la fois les effets burlesques, les plaisirs du film d’aventure, la joie d’un cinéma aussi souverain que le sabre du samouraï que nul ne pourra battre. On peut, avec Zatoïchi, être sincèrement ému par un personnage à la fois Zorro et Maître Yoda, à la fois Don Quichotte et Diogène. Toutes les ruses du cinéma, manipulation du temps et de la lumière, couleurs et costumes, jeu avec la pluie, la nuit, le bois et le métal, le rouge du sang et le blanc des flacons de saké, élégance, rapidité, concision et goût de l’excès dans le même instant, le cinéma de Kitano nous ferait presque croire que les bandits ne sont pas indestructibles.

 René MARX (article publié en novembre 2003 dans Fenêtres sur Cours)

Accueil | Copyright | Contact | ©2005 René Marx